Nos conseils en cas de permis de conduire perdu

Se retrouver sans permis de conduire c’est être démuni de son droit à la conduite d’un véhicule. Il est plus que nécessaire de régler cette situation au plus vite pour éviter les sanctions en cas de conduite sans permis.

Cette situation complexe peut être réglée en suivant nos conseils précieux sur les démarches à suivre.

Faire une déclaration de perte

C’est le réflexe qu’il faut avoir en cas de perte du permis de conduire. Pour cela, il faut se diriger au commissariat ou à la brigade de gendarmerie la plus proche et déclarer la perte. Une fois le formulaire de déclaration de perte du permis rempli, le concerné pourra reprendre la conduite grâce à :

  • Un récépissé d’une validité de deux mois qui remplacera le permis égaré,
  • un duplicata qu’il devra demander afin de recevoir un nouveau permis de conduire.

Pour les plus malchanceux ayant perdu leur document à l’étranger, il faudra faire sa déclaration de perte au commissariat le plus proche puis au consulat. A noter que l’attestation de perte remise n’autorise pas son détenteur à la reprise de la conduite.

Il faudra par la suite se rendre au poste de police ou de gendarmerie de son pays d’origine pour récupérer son récépissé de déclaration de perte qui lui conférera la possibilité de conduire durant une période limitée.

Le duplicata

Après avoir obtenu son récépissé, il faudra à présent se procurer une réplique du permis de conduire perdu.

Pour ce faire, un formulaire de demande de duplicata est à remplir en joignant sa pièce d’identité, deux photos et la déclaration de perte.

Sur le même sujet :   Comment trouver un simulateur pour estimer la valeur de reprise d'un ancien véhicule Audi ?

Cette opération n’est pas gratuite, le prix de la demande de duplicata est de 25 €.

Vous aimeriez aussi lire

Combien faut-il prévoir pour un permis accéléré de deux semaines à Paris ?

Accident de la route sans permis de conduire

Aucun conducteur n’est à l’abri d’un accident de la route. Cette infortune est couverte par l’assurance auto si le conducteur est muni de son récépissé.

Ce dernier fait office de permis de conduire temporaire ce qui rend son obtention primordiale pour éviter tout malentendu supplémentaire.

Dans le cas où le conducteur n’a pas encore déclaré sa perte ou perdu son récépissé, il risque des sanctions pouvant aller de 4500 € jusqu’à 2 ans d’emprisonnement.

En plus, l’assurance ne pourra pas rembourser les frais de l’accident qui peuvent s’avérer très lourds et pourra même décider de rompre son contrat avec son client.

Sans oublier les indemnisations que l’assuré devra payer aux victimes en cas de refus de payement par son assurance.

Il ne faut donc pas se risquer à conduire avant d’avoir obtenu son récépissé de perte du permis si l’on veut éviter de se retrouver dans des situations dangereuses pour soi et pour les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *