Tout auto-entrepreneur doit avoir conscience des dommages qui peuvent découler de ses activités. Il doit alors souscrire une assurance responsabilité civile afin de pouvoir assumer toutes les conséquences le moment venu. Cette précaution couvre les risques causés aux autres par son fait, celui de ses collaborateurs ou de ses matériels. Le coût d’une telle sécurité dépend de plusieurs facteurs. Quel est le tarif d’une assurance à responsabilité civile professionnelle ? Voici les éléments de réponses

Le tarif assurance responsabilité civile professionnelle est relatif

La responsabilité civile tout court est prévue par la loi. Elle consiste pour toute personne d’assumer les conséquences de son action, consciente ou involontaire, sur autrui. Cette responsabilité incombe pleinement à tout fautif, à la personne, à l’animal, ou l’objet qui relève de son autorité. Elle est similaire en tout point à la responsabilité civile professionnelle. Sauf que dans le second cas, l’auteur exerce une profession pouvant être source de dommages divers. S’il devait souscrire une police, le tarif assurance responsabilité civile professionnelle auto-entrepreneur tiendra compte de :

  • L’importance de son chiffre d’affaires,
  • Les garanties en option,
  • La taille de son entreprise,
  • La nature de son occupation.

Le coût d’une assurance n’étant pas fixe, il évolue d’un prestataire à l’autre. De façon, une fourchette de prix doit être prévue, de sorte à préparer l’auto-entrepreneur aux dépenses à faire. Il peut donc prévoir entre 50 € / an et 500 €/an voire plus selon qu’il choisisse une maison d’assurance d’un certain standing.

Les garanties à souscrire pour plus de précautions

La prime de l’assurance en question varie également selon les prestations retenues. Celles-ci étant diverses, il importe au professionnel débutant d’en retenir celles qui correspondent à ses spécialités. Aussi doit-il tenir compte de ses moyens financiers qui ne sont pas encore solides.

Cependant, les charges de sa responsabilité ne devant pas être négligées, il y a des garanties qu’il doit impérativement souscrire. Ce sont la garantie pour 10 ans du local, l’assurance chômage, la protection juridique en cas de litige, une prévision santé, une assurance auto professionnelle pour véhicule de liaison.

Il est conseillé à l’entrepreneur de prendre des assurances maximales. Cette précaution lui permet d’être suffisamment prévoyant. En effet, en souscrivant des garanties de moindres coûts, il s’expose à de possibles dépenses exorbitantes en cas de sinistres importants. Une assurance tous risques professionnels revient ainsi à près 350 €, quand celle couvrant le chômage s’élève à 300 €. Pour ce qui de la prévision santé, elle engage 250 €.

L’assurance décennale, une obligation

Cette assurance est facultative, mais ce n’est pas pour autant que le promoteur de la micro-entreprise doit la négliger. Il lui est même conseillé de s’en acquitter au risque d’être surpris par le coût élevé des frais de réparation d’un dégât causé par son fait ou celui d’un tiers placé sous sa responsabilité.

Il doit prévoir entre 10 € à 25 €/ mois pour cette garantie. Elle sert à couvrir tout sinistre pouvant survenir dans l’intervalle de 10 ans pendant la réalisation d’un gros œuvre. Il faut ajouter à la présente la protection juridique dont le coût mensuel avoisine les 15 €/mois en cas de conflit avec un client ou la famille de ce dernier.

Marie
Mon prénom c'est Marie mais les amis m'appellent Marinette parce que je jouais au foot étant petite. Depuis, j'ai arrêté de courir après le ballon mais je suis absolument engagée dans la vie de ce site où je mets de plus en plus de comparatifs. Ensemble, changeons les habitudes des consommateurs européens en ne gardant plus que que les meilleurs produits. Contentons du meilleur au plus bas pris les amis !